Image: Stuart Miles | FreeDigitalPhotos.net

De manière générale, les méthodes de test se regroupent en deux catégories : les études qualitatives et les études quantitatives. Quelle méthode choisir pour tester votre site ?

Les études QUALITATIVES web

Les méthodes qualitatives permettent de comprendre une attitude des utilisateurs dans un contexte donné. Lorsqu’on procède à un Focus Groups (ou table ronde), à un tri de carte, ou à des tests utilisateurs, on se pose la question de « pourquoi ». Par exemple : Pourquoi mes internautes ne passent-ils pas beaucoup de temps sur les fiche produits ? Pourquoi-ne trouvent-ils pas ce qu’ils sont venus chercher.

Ces méthodes se basent sur le recueil des propos des internautes mis en situation d’achat. Pour contrecarrer certains biais liés à la verbalisation (on ne peut verbaliser ce dont on n’a pas conscience), il est possible de croiser ces données avec celles issues d’outils plus « objectifs », comme l’Eye-Tracking ou le Mouse-Tracking.

Les études QUANTITATIVES web

Ces méthodes adoptent un point de vue différent : elles visent à mesurer un phénomène (taux de rebond, taux de conversion…), en s’appuyant sur un très grand nombre de données. On se basera par exemple sur des questionnaires, l’analyse de données webanalytics, des tests AB et MVT. Ces données permettent de d’avoir des informations sur la répartition des usages dans la population cible : quelle proportion d’internaute abandonne l’achat au cours du tunnel et à quelles étapes ?

Les méthodes quantitatives présentent l’avantage de pouvoir être reproductibles et comparables. On peut ainsi assurer le suivi des performances d’un site dans le temps.

Choisir ou mixer les deux approches ?

Voir aussi :  La user journey : étape clé de l’optimisation UX

Faut-il choisir ? Mesurer et comprendre sont deux choses complémentaires. Vous l’aurez compris, on a tout à gagner en combinant ces deux approches. En utilisant des méthodes qualitatives puis quantitatives, on pourra repérer les principaux grains de sables puis les valider à grande échelle. Par exemple : est-ce que ce frein repéré en test utilisateur concerne la majorité des utilisateurs ?

On peut à l’inverse commencer par un test quantitatif pour identifier les principaux freins à l’achat rencontrés par les internautes, puis apporter un niveau de détail supplémentaire dans la compréhension de ces freins par un test qualitatif.

Il n’existe donc pas de méthode unique et parfaite permettant de tester tout et n’importe quoi. La méthode de test choisie dépend du contexte et de la problématique.